L’amie prodigieuse

IMG_20170806_131242_736[1]

Auteur: Elena Ferrante
Genre
: Contemporain
Édition: Québec Loisirs
Année de sortie: 2016
Nombres de pages: 389
Ma note:  4/5

Résumé: Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l’école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l’envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre.
Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s’entraident ou s’en prennent l’une à l’autre. Leurs chemins parfois se croisent et d’autres fois s’écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l’adolescence, à l’aube de l’âge adulte, non sans ruptures ni souffrances.
Formidable voyage dans Naples et dans l’Italie du boom économique, L’amie prodigieuse trace le portrait de deux héroïnes inoubliables, qu’Elena Ferrante traque avec passion et tendresse jusqu’au plus profond de leur âme.

Mon avis: Comme j’ai vu ce livre partout sur les comptes instagram et que plusieurs de ces même blogueuses ont adoré leur lecture, j’ai eu envie de découvrir moi aussi cette trilogie de l’amie prodigieuse.

Après la lecture du premier tome, je suis sous le charme de cette histoire d’amitié entre ces deux jeunes filles qui a commencé à Naples dans les années 1950. Deux amies très différentes autant physiquement que socialement qui évoluent dans un monde dur et sans pitié ou la loi du plus fort Poursuivre la lecture « L’amie prodigieuse »

Publicités

La mort d’une princesse

IMG_20170728_123424_474[1]

Auteur: India Desjardins
Genre
: Contemporain
Édition: Éditions de l’homme
Année de sortie: 2017
Nombres de pages: 296
Ma note: 3/5

 

Résumé : À 31 ans, après une rupture amoureuse, Sarah réalise rapidement que le scénario typique de comédie romantique ne sera pas pour elle. Sept ans plus tard, au top de sa carrière et toujours célibataire, Sarah se complaît dans son tourbillon professionnel réconfortant, gorgé d’ambition, de succès et de masques sociaux. Quand on voit les relations de couple avec lucidité, est-il possible de s’ouvrir de nouveau à l’amour?

La mort d’une princesse, c’est ce moment où les illusions tombent. On doit alors faire face à la réalité et trouver sa propre façon de vivre sa vie.

Mon avis: Comme je suis dans la début trentaine, je ne fais pas partie de la génération qui a tripper sur la saga Le journal d’Aurélie Laflamme. Par contre, j’ai toujours été curieuse et j’aurais aimé la lire mais comme plus les ans passent et plus je me rends compte que j’ai de la difficulté avec le Young Adult (surtout si c’est de la romance, je suis trop vieille) j’avais peur de ne pas apprécier.

C’est donc avec pur bonheur que j’ai sauté sur La mort d’une princesse au Salon du livre de Québec et qu’en plus, j’ai pu le faire dédicacer. India Desjardins est une auteure est hyper accessible et d’une immense gentillesse, ce fut un plaisir de la rencontré!

Dans ce livre le personnage de Sarah représente bien ma génération face aux relations de couple et au célibat Poursuivre la lecture « La mort d’une princesse »

Demain j’arrête

IMG_20170714_110344_821Auteur: Gilles Legardinier
Genre
: Contemporain
Édition: Pocket
Année de sortie: 2013
Nombres de pages: 398
Ma note: 3/5

Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides.
Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu’elle n’a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier… Mais tout cela n’est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu’elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret.
Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu’à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons- nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

Mon avis : J’avais besoin d’un feel good book et d’un peu de rigolade, donc je me suis dis qu’un livre de Gilles Legardinier serait parfait pour  m’accompagner sur la terrasse et profiter du soleil!

Bien que j’ai trouvé que ce soit une belle histoire, je m’attendais à tellement plus!! En lissant les lignes ci-dessus sur la quatrième de couverture, je croyais vraiment lire une histoire complètement folle d’une fille obsédée par un inconnu prête à tout faire. J’imaginais des poursuite des intrusions et des folies, bien que tout ceci ce retrouve dans le livre, Poursuivre la lecture « Demain j’arrête »

Pourquoi pars-tu, Alice?

IMG_20170606_053737_086[1]Auteur: Nathalie Roy
Genre: Contemporain
Édition: Libre expression
Année de sortie: 2017
Nombres de pages: 299
Ma note: 3.5/5

Alice Dansereau, quarante-trois ans, en fait trop pour tout le monde : épouse attentionnée, mère exemplaire, bénévole impliquée, enseignante dévouée, gestionnaire de la maisonnée, coursière, chauffeuse de taxi, etc. Lorsque son conjoint annule à la dernière minute leur voyage d’amoureux, elle prend une décision qu’elle n’aurait jamais cru pouvoir assumer : tout laisser derrière pour s’offrir un moment à elle. Avec pour seul bagage sa carte de crédit, ses lunettes de soleil et son cellulaire, elle s’enfuit sur le scooter de sa fille. Combien de temps sera-t-elle absente? Jusqu’où ira-t-elle? Elle l’ignore pour l’instant, mais en traversant le pont Pierre-Laporte en direction de la route 132 Est, elle sait qu’elle devra faire le point sur sa vie et sur son avenir. Des centaines de kilomètres plus loin, et au fil de rencontres inattendues, Alice réalise qu’elle s’est longtemps oubliée. Elle se découvre passionnée, un peu rebelle, et aura envie d’exploser. Cet été sur la route changera sa vie à jamais.

Mon avis: J’ai découvert l’auteur avec Ça peut pas être pire.. en début d’année, en fait, ce fut mon premier livre de l’année 2017 et je l’ai tellement trouvé rafraichissant qu’il me tardait de découvrir celui-ci! Comme je suis déjà une adepte des vacances en solitaire afin de m’évader et de reconnecter avec la femme que je suis, juste à la couverture, j’ai déjà le goût de m’acheter une mobylette!

Au fil des années, quand je pense à mes choix et que je regarde ceux de mes amies, je m’aperçois, que nous sommes souvent portés à faire le choix censé et non celui dicter par notre coeur, le choix qui accommode le plus notre entourage celui qui fait le plus Poursuivre la lecture « Pourquoi pars-tu, Alice? »

Les derniers jours de Rabbit Hayes

IMG_20170528_160639_878[1]Auteur : Anna McPartlin
Genre : Contemporain
Édition : Québec Loisirs
Année de sortie : 2016
Nombre de pages : 464
Ma note : 4/5

Quand Mia, que l’on surnomme affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n’a plus que neuf jours à vivre, même si elle refuse de l’accepter, tout comme ses proches qui assistent, impuissants, au déclin de leur fille, sœur, mère ou amie. Tous sont présents à ses côtés pour la soutenir : Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant ; Davey et Grace, son frère et sa sœur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille ; Marjorie, sa meilleure amie et confidente ; et enfin Juliet, sa fille de 12 ans, qu’elle élève seule. À mesure que les jours passent et que l’espoir de sauver Rabbit s’amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s’interroger sur leur vie et la manière dont ils vont se construire sans cette femme qui leur a tant apporté. Rabbit est au cœur de ce petit groupe et des préoccupations de chacun de ses membres. Si elle a perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage. Et Rabbit a quelques idées bien particulières pour leur faciliter la tâche. Mais très peu de temps pour les mettre en œuvre…

Mon avis: J’ai commencé ce livre avec plein d’enthousiasme, ayant beaucoup aimé Quand la nuit devient jour de Sophie Jomain, je m’attendais à vivre des émotions fortes. Dans le livre de Jomain, le personnage principal est prêt à affronter la mort et elle est même désirée. Par contre, dans le livre de McPartlin notre héroïne ne veut pas mourir elle aimerait croquer la vie à pleine dents et la partager avec ses proches.

Au début, on prend le temps de connaitre chacun des personnages en revivant des anectodes de leurs passé et de leur présent et j’ai trouvé ça sympathique bien que j’ai eu de la misère à démêler tous les personnages jusqu’au milieu du livre (mais ça m’arrive souvent, je crois que c’est moi le problème).

Le livre est divisé en jour, les jours restant à Rabbit Hayes. Plus on avance dans les journées et plus on approche de l’inévitable. À chaque nouvelle journée, je me disais non, pas déjà, je ne suis pas prête! Je me suis vraiment attaché au personnage, et j’ai fini par me sentir comme un membre de sa famille, une amie qui venait lui rendre visite à sa chambre. Poursuivre la lecture « Les derniers jours de Rabbit Hayes »

D’après une histoire vraie, de Delphine de Vigan

IMG_20170409_083835_337[1]Auteur : Delphine de Vigan
Genre : Contemporain
Édition : Québec Loisirs
Année de sortie : 2017
Nombre de pages : 480
Ma note : 4.5/5

Résumé: Après une séance de dédicaces dans un Salon du livre elle se retrouve épuisée. Épuisée de toute cette foule, des conséquences de la popularité, des répercutions de son livre sur elle, sur sa famille et sa vie personnelle. Au bord de la crise, elle fait la rencontre d’une admiratrice qui la conduira au point de non-retour.

Mon avis: Dès les premières pages j’étais sous le charme du style de l’auteure, son écriture est vraie, sincère et fluide.

J’ai été captivé tout au long de ma lecture! Le soir dans mon lit, j’y pensais, le matin en me levant, j’y pensais. Je pensais à cette histoire de manipulation qui s’installe tranquillement, sournoisement, qui gagne la confiance et qui se rend indispensable, jusqu’à pousser à la limite de la culpabilité la personne sous son emprise. Je crois que pour apprécier pleinement et pour comprendre la beauté de ce livre, il faut avoir vécu avec des personnes nocives ou avoir eu dans notre entourage des manipulateurs. Poursuivre la lecture « D’après une histoire vraie, de Delphine de Vigan »