Les derniers jours de Rabbit Hayes

IMG_20170528_160639_878[1]Auteur : Anna McPartlin
Genre : Contemporain
Édition : Québec Loisirs
Année de sortie : 2016
Nombre de pages : 464
Ma note : 4/5

Quand Mia, que l’on surnomme affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n’a plus que neuf jours à vivre, même si elle refuse de l’accepter, tout comme ses proches qui assistent, impuissants, au déclin de leur fille, sœur, mère ou amie. Tous sont présents à ses côtés pour la soutenir : Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant ; Davey et Grace, son frère et sa sœur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille ; Marjorie, sa meilleure amie et confidente ; et enfin Juliet, sa fille de 12 ans, qu’elle élève seule. À mesure que les jours passent et que l’espoir de sauver Rabbit s’amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s’interroger sur leur vie et la manière dont ils vont se construire sans cette femme qui leur a tant apporté. Rabbit est au cœur de ce petit groupe et des préoccupations de chacun de ses membres. Si elle a perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage. Et Rabbit a quelques idées bien particulières pour leur faciliter la tâche. Mais très peu de temps pour les mettre en œuvre…

Mon avis: J’ai commencé ce livre avec plein d’enthousiasme, ayant beaucoup aimé Quand la nuit devient jour de Sophie Jomain, je m’attendais à vivre des émotions fortes. Dans le livre de Jomain, le personnage principal est prêt à affronter la mort et elle est même désirée. Par contre, dans le livre de McPartlin notre héroïne ne veut pas mourir elle aimerait croquer la vie à pleine dents et la partager avec ses proches.

Au début, on prend le temps de connaitre chacun des personnages en revivant des anectodes de leurs passé et de leur présent et j’ai trouvé ça sympathique bien que j’ai eu de la misère à démêler tous les personnages jusqu’au milieu du livre (mais ça m’arrive souvent, je crois que c’est moi le problème).

Le livre est divisé en jour, les jours restant à Rabbit Hayes. Plus on avance dans les journées et plus on approche de l’inévitable. À chaque nouvelle journée, je me disais non, pas déjà, je ne suis pas prête! Je me suis vraiment attaché au personnage, et j’ai fini par me sentir comme un membre de sa famille, une amie qui venait lui rendre visite à sa chambre. Poursuivre la lecture « Les derniers jours de Rabbit Hayes »