3096 jours

IMG_20171002_103447_678[1]Auteur: Natascha Kampusch
Genre
: Autobiographie
Édition: JC Lattès
Année de sortie: 2010
Nombres de pages: 307
Ma note: 4/5

Natascha Kampusch a vécu le pire : le 2 mars 1998, à l’âge de dix ans, elle est enlevée sur le chemin de l’école. Pendant 3096 jours, huit ans et demi, son bourreau, Wolfgang Priklopil, la garde prisonnière dans une cave d’environ cinq mètres carrés, près de Vienne.
En août 2006, elle parvient à s’enfuir par ses propres moyens. Priklopil se suicide le jour même.
Dans ce récit bouleversant, Natascha Kampusch révèle les circonstances de son enlèvement, le quotidien de sa captivité, sa terrible relation avec son ravisseur et la façon dont elle a réussi à survivre à cet enfer.
Le témoignage unique d’une traversée de l’inimaginable par une jeune femme qui ne s’est jamais laissé briser.

Mon avis: J’ai entendu parler de ce livre il y a longtemps et je voulais absolument le lire. Car avant d’être véritablement mordue de lecture, les seules livres que je réussissait à terminés étant jeunes était des biographies.

Tout au long de ma lecture, je me demandais comment j’allais bien pouvoir écrire un avis sur un tel sujet, difficile de juger l’histoire véridique de quelqu’un mais au cours des pages, j’ai trouvé ceci qui s’accordait totalement avec ma pensée.

Rien n’est seulement noir ou blanc. Et personne n’est seulement bon ou mauvais. Cela vaut également pour le ravisseur. Ce sont des phrases que l’on n’aime pas entendre de la part de victimes d’enlèvement, car elles brouillent le schéma précis du bien et du mal que les gens préfèrent adopter pour ne pas se perdre dans un monde qui serait fait de nuances de gris. Lorsque je parle de cela, je peux voir l’irritation et le refus sur les visages de personnes extérieures aux événements. L’empathie envers mon destin fait place au rejet. Ceux qui n’ont aucune idée de l’intimité d’une captivité n’ont qu’un mot pour juger mon propre vécu : syndorme de Stockholm.

Facile de mettre une étiquette lorsqu’on a aucune idée de l’enfer vécu et de nos réactions dans de tel circonstance, j’aimerais dire que dans une situation identique, je m’opposerai jusqu’au bout mais peut-être aussi que je ne m’en sortirai jamais vivante. L’histoire de Natasha est bouleversante et poignante on découvre une jeune femme forte avec une énorme volonté de survie.

Une autobiographie qui montre un nouveau point de vue des victimes d’enlèvements et qui ne concorde pas avec ce que nous attendons d’un tel récit. Il faut être ouvert d’esprit pour comprendre  l’incompréhensible.

Publicités

Les petites tempêtes

IMG_20171001_170811_748[1]Auteur: Valérie Chevalier
Genre
: Contemporain
Édition: Hurtubise
Année de sortie: 2017
Nombres de pages: 214
Ma note: 3/5

Raphaëlle ne croit pas aux contes de fées. Même lorsque tout va bien, elle est persuadée que la tempête n’est jamais très loin.
Pourtant, entre deux orages, sa vie se remplit de rencontres amoureuses et de précieuses amitiés. Aux côtés de son père, qui sait trouver les mots justes et les bons silences pour lui faire du bien, la vie est douce. Et grâce à Chanterelle, sa complice exubérante au nom étrange, même les jours de pluie se transforment en fêtes.
Le reste du temps, Raphaëlle enfile son tablier, attrape ses pinceaux et s’évade. Elle façonne son monde, le crée comme elle le souhaite : coloré, lumineux, intense, imparfait. À son image.
Un roman tout en fragments qui traite de l’amour qui va et vient, de la construction de soi. Un road novel rempli de surprises et de tendresse, qui part de Montréal pour nous entraîner jusqu’à Newburyport et Paris.

Mon avis : Troisième roman de Valérie Chevalier et deuxième lecture pour moi de cette auteure.

Bien que ce ne soit pas un livre qui me marquera, il est quand même tombé à point. Car, j’avais grandement besoin d’un livre léger afin de me sortir d’une période de panne, dû aux stress de mon travail, je n’avais plus la tête à lire et il me fallait donc quelque chose d’allégé.

J’aime la plume de Valérie Chevalier, simple et douce, elle est arrivée à me faire vivre la passion de Raphaëlle. Tout au long de ma lecture, j’avais envie de sortir toiles et pinceaux afin de peindre moi aussi mes états d’âmes. J’apprécie énormément quand un livre arrive à m’entrainer Poursuivre la lecture « Les petites tempêtes »

La fille d’avant

IMG_20170825_163949_660Auteur: JP Delaney
Genre
: Thriller psychologique
Édition: Fayard
Année de sortie: 2017
Nombres de pages: 428
Ma note: 4.5/5

Résumé: C’est sans doute la chance de sa vie : Jane va pouvoir emménager dans une maison ultra-moderne dessinée par un architecte énigmatique… avant de découvrir que la locataire précédente, Emma, a connu une fin aussi mystérieuse que prématurée. À mesure que les retournements de situation prennent le lecteur au dépourvu, le passé d’Emma et le présent de Jane se trouvent inextricablement liés dans ce récit hitchcockien, saisissant et envoûtant, qui nous emmène dans les recoins les plus obscurs de l’obsession.

Mon avis: J’aime beaucoup comment le livre est construit, on suit les 2 personnages principales, Emma qui est la fille d’avant et Jane qui est la nouvelle locataire de cette étrange maison futuriste, pour ne pas dire intelligente et minimaliste. Les deux récits se rejoignent et s’intercroisent pour ne former qu’une seule intrigue.

J’ai été totalement captivé par cette histoire très bien écrite, simple et efficace. Vous allez peut-être trouver ça bizarre, mais ce livre m’a fait penser d’une certaine façon à Poursuivre la lecture « La fille d’avant »

L’amie prodigieuse

IMG_20170806_131242_736[1]

Auteur: Elena Ferrante
Genre
: Contemporain
Édition: Québec Loisirs
Année de sortie: 2016
Nombres de pages: 389
Ma note:  4/5

Résumé: Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l’école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l’envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre.
Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s’entraident ou s’en prennent l’une à l’autre. Leurs chemins parfois se croisent et d’autres fois s’écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l’adolescence, à l’aube de l’âge adulte, non sans ruptures ni souffrances.
Formidable voyage dans Naples et dans l’Italie du boom économique, L’amie prodigieuse trace le portrait de deux héroïnes inoubliables, qu’Elena Ferrante traque avec passion et tendresse jusqu’au plus profond de leur âme.

Mon avis: Comme j’ai vu ce livre partout sur les comptes instagram et que plusieurs de ces même blogueuses ont adoré leur lecture, j’ai eu envie de découvrir moi aussi cette trilogie de l’amie prodigieuse.

Après la lecture du premier tome, je suis sous le charme de cette histoire d’amitié entre ces deux jeunes filles qui a commencé à Naples dans les années 1950. Deux amies très différentes autant physiquement que socialement qui évoluent dans un monde dur et sans pitié ou la loi du plus fort Poursuivre la lecture « L’amie prodigieuse »

Intimidation

IMG_20170802_171121_337[1]Auteur: Harlan Coben
Genre
: Thriller
Édition: Belfond
Année de sortie: 2016
Nombres de pages: 374
Ma note: 3.5 /5

Résumé : Que sait-on de la personne qui partage notre vie ? Avocat sans histoires, Adam tombe des nues lorsqu’un parfait inconnu lui annonce que sa femme lui a menti sur un sujet crucial. Lorsqu’il la confronte, Corinne se défile et, le lendemain, disparaît. Partagé entre inquiétude et sentiment de trahison, Adam décide de tout faire pour trouver sa femme… et la vérité.

Mon avis : Intimidation est le troisième roman d’Harlan Coben que je lis et je sais que plusieurs trouvent que ses livres se ressemblent beaucoup car il utilise constamment la même recette. Il est vrai que sur les trois, il est toujours questions d’un couple et d’un des deux qui disparait. Par contre, en espaçant mes lectures de cet auteur, cela ne me cause aucun problème.

J’ai particulièrement aimé l’intrigue de celui-ci Poursuivre la lecture « Intimidation »

Quand mon chum écoute GOT

Comme je suis une fan de série, j’écoute assiduement Game of thrones. Mon chum qui ne partage pas mon engouement lève une fois de temps en temps la tête de son téléphone pour regarder l’écran. Je suis donc en train d’écouter un épisode et au moment où il regarde, Aria se retrouve seule avec des loups et il dit:

-Bye Bye petite fille! (en assumant qu’elle va mourir)
-C’est une Stark mon amour, elle est de la famille des loups.
-Avec Iron Man?
-…
Robert-Downey-Jr.-in-Iron-Man-3

La mort d’une princesse

IMG_20170728_123424_474[1]

Auteur: India Desjardins
Genre
: Contemporain
Édition: Éditions de l’homme
Année de sortie: 2017
Nombres de pages: 296
Ma note: 3/5

 

Résumé : À 31 ans, après une rupture amoureuse, Sarah réalise rapidement que le scénario typique de comédie romantique ne sera pas pour elle. Sept ans plus tard, au top de sa carrière et toujours célibataire, Sarah se complaît dans son tourbillon professionnel réconfortant, gorgé d’ambition, de succès et de masques sociaux. Quand on voit les relations de couple avec lucidité, est-il possible de s’ouvrir de nouveau à l’amour?

La mort d’une princesse, c’est ce moment où les illusions tombent. On doit alors faire face à la réalité et trouver sa propre façon de vivre sa vie.

Mon avis: Comme je suis dans la début trentaine, je ne fais pas partie de la génération qui a tripper sur la saga Le journal d’Aurélie Laflamme. Par contre, j’ai toujours été curieuse et j’aurais aimé la lire mais comme plus les ans passent et plus je me rends compte que j’ai de la difficulté avec le Young Adult (surtout si c’est de la romance, je suis trop vieille) j’avais peur de ne pas apprécier.

C’est donc avec pur bonheur que j’ai sauté sur La mort d’une princesse au Salon du livre de Québec et qu’en plus, j’ai pu le faire dédicacer. India Desjardins est une auteure est hyper accessible et d’une immense gentillesse, ce fut un plaisir de la rencontré!

Dans ce livre le personnage de Sarah représente bien ma génération face aux relations de couple et au célibat Poursuivre la lecture « La mort d’une princesse »

Le dompteur de lions

IMG_20170715_071123_190[1]

Auteur: Camilla Lackberg
Genre
: Policier
Édition: Québec loisir
Année de sortie: 2016
Nombres de pages: 400
Ma note: 2.5/5

C’est le mois de janvier et un froid glacial s’est emparé de Fjällbacka. Une fille à demi nue, surgie de la forêt enneigée, est percutée par une voiture. Lorsque Patrik Hedström et ses collègues sont prévenus, la jeune fille a déjà été identifiée. Il s’agit de Victoria, portée disparue depuis quatre mois. Son corps présente des blessures qu’aucun accident ne saurait expliquer : ses orbites sont vides, sa langue est coupée et ses tympans percés. Quelqu’un en a fait une poupée humaine. D’autres cas de disparitions dans les environs font redouter que le bourreau n’en soit pas à sa première victime.
De son côté, Erica Falck commence à exhumer une vieille affaire pour son nouveau bouquin. Une femme purge sa peine depuis plus de trente ans pour avoir tué son mari, un ancien dompteur de lions, qui maltraitait leur fille avec sa complicité passive. Mais Erica est persuadée que cette mère de famille porte un secret encore plus sombre. Jonglant entre ses recherches, une maison en perpétuel désordre et des jumeaux qui mettent le concept de l’amour inconditionnel à rude épreuve, elle est loin de se douter que pour certains, l’instinct maternel n’a rien de naturel…

Mon avis :

J’ai découvert cette auteure avec son roman Cyanure qui ne m’avait pas plus du tout tellement l’histoire était facile et non recherchée, bon, c’est vraiment un petit roman, on ne peut pas faire de miracle non plus. Pourtant en entendant tous les bons commentaires sur cette auteure, il était impossible que j’en reste là.

Premièrement trop énervée que j’étais de lire Camilla Lackberg, j’ai pris le dernier livre d’une saga de 9 livres que je n’ai pas encore lu.. je croyais que le dompteur de lions était le début d’une nouvelle saga, mais non.

Bien que je n’aie pas lu les livres précédents, je n’ai pas eu l’impression de manquer des bouts ou de ne pouvoir comprendre des situations vis à vis des personnages principaux. J’imagine que ceux qui sont familier avec la saga doivent Poursuivre la lecture « Le dompteur de lions »

Demain j’arrête

IMG_20170714_110344_821Auteur: Gilles Legardinier
Genre
: Contemporain
Édition: Pocket
Année de sortie: 2013
Nombres de pages: 398
Ma note: 3/5

Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides.
Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu’elle n’a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier… Mais tout cela n’est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu’elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret.
Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu’à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons- nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

Mon avis : J’avais besoin d’un feel good book et d’un peu de rigolade, donc je me suis dis qu’un livre de Gilles Legardinier serait parfait pour  m’accompagner sur la terrasse et profiter du soleil!

Bien que j’ai trouvé que ce soit une belle histoire, je m’attendais à tellement plus!! En lissant les lignes ci-dessus sur la quatrième de couverture, je croyais vraiment lire une histoire complètement folle d’une fille obsédée par un inconnu prête à tout faire. J’imaginais des poursuite des intrusions et des folies, bien que tout ceci ce retrouve dans le livre, Poursuivre la lecture « Demain j’arrête »

Au fond de l’eau

IMG_20170617_105759_621[1]Auteur: Paula Hawkins 
Genre
: Thriller
Édition: Sonatine
Année de sortie: 2017
Nombres de pages: 405
Ma note: 2.5/5

Une semaine avant sa mort, Nel a appelé sa sœur, Julia. Qui n’a pas voulu lui répondre. Alors que le corps de Nel vient d’être retrouvé dans la rivière qui traverse Beckford, leur ville natale, Julia est effrayée à l’idée de revenir sur les lieux de son enfance. De quoi a-t-elle le plus peur ? D’affronter le prétendu suicide de sa sœur ? De s’occuper de Lena, sa nièce de quinze ans, qu’elle ne connaît pas ? Ou de faire face à un passé qu’elle a toujours fui ? Plus que tout encore, c’est peut-être la rivière qui la terrifie, ces eaux à la fois enchanteresses et mortelles, où, depuis toujours, les tragédies se succèdent.

Mon avis : Je n’ai même pas lu le résumé avant de me plonger dans cette lecture, trop énervée de lire le deuxième roman de Paula Hawkins, auteure de la fille du train, que j’ai énormément aimé! Donc c’est les yeux fermés que j’ai commencé cette lecture malgré la peur d’être déçue comme beaucoup d’entre vous.

Première chose qui m’a frapper, c’est l’écriture. Tout est inscrit comme un récit descriptif. Ça ne m’a pas déplu, c’est direct et sans flafla. Un peu à la même sauce que son premier roman, chaque personnage à son chapitre et nous relate sa vision des événements.

Pour moi, son premier roman a été un véritable page-turner même si ce n’était pas un grand thriller et qu’il était somme toute assez prévisible. Avec son deuxième livre Paula Hawkins n’a pas su être à la hauteur des attentes que je m’étais faite. Bien que l’intrigue était intéressante, je n’ai pas accroché, ce n’était pas très enlevant. L’histoire était pourtant bien et l’idée de départ me semblant originale, mais elle n’a pas su me tenir en haleine.

De plus, comme j’ai du mal à différencier les personnages quelques fois lors de mes lectures, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de personnages et que les histoires Poursuivre la lecture « Au fond de l’eau »